Je suis un soir d’été – Jaques Brel

JE SUIS UN SOIR D’ÉTÉ
1968




Et la sous-préfecture
Fête la sous-préfète
Sous le lustre à facettes
Il pleut des orangeades
Et des champagnes tièdes
Et les propos glacés
Des femelles maussades
De fonctionnarisés


Je suis un soir d’été


Aux fenêtres ouvertes
Les dîneurs familiaux
Repoussent leurs assiettes
Et disent qu’il fait chaud
Les hommes lancent des rots
De chevaliers teutons
Les nappes tombent en miettes
Par-dessus les balcons


Je suis un soir d’été


Aux terrasses brouillées
Quelques buveurs humides
Parlent de haridelles
Et de vieilles perfides
C’est l’heure où les bretelles
Soutiennent le présent
Des passants répandus
Et des alcoolisants


Je suis un soir d’été


De lourdes amoureuses
Aux odeurs de cuisine
Promènent leur poitrine
Sur les flancs de la Meuse
Il leur manque un soldat
Pour que l’été ripaille
Et monte vaille que vaille
Jusqu’en haut de leurs bas


Je suis un soir d’été


Aux fontaines les vieux
Bardés de références
Rebroussent leur enfance
A petits pas pluvieux
Ils rient de toute une dent
Pour croquer le silence
Autour des filles qui dansent
A la mort d’un printemps


Je suis un soir d’été


La chaleur se vertèbre
Il fleuve des ivresses
L’été a ses grand-messes
Et la nuit les célèbre
La ville aux quatre vents
Clignote le remords
Inutile et passant
De n’être pas un port


Je suis un soir d’été.